L’exilé du temps

En 1962, le spéléologue Michel Siffre décide de passer deux mois au fond d'un gouffre, sans repère de temps. Son isolement a pour but l'observation scientifique du rythme humain, une fois soustrait à l'alternance du jour et de la nuit.
Hors du temps, la raison du jeune homme vacille, ses perceptions se modifent et il part pour un voyage intérieur où se mêlent souvenirs et hallucinations.

Un film écrit et réalisé par Isabelle Putod

Avec Michel Siffre
Voix : Franck Lacroix
Image et effets : Nicolas Mifsud
Montage : Delphine Dumont et Isabelle Putod
Musique originale et conception sonore : Hervé Le Dorlot
Plasticienne : Amora Doris
Production : Nico Di Biase et Eric Wild


Prix spécial du jury au BISFF 2017 ( Beijin International Short Films Festival ), du 10 au 20 novembre 2017.
Prix du public aux 11ème rencontres de l'image et du film de spéléologie - Le Spélimages ( le 25 novembre 2017 ).
Sélectionné pour la 39ème édition du festival de Clermont-Ferrand - 2017
Diffusé à San Sebastian durant « LA SEMANA MÁS CORTA » au Centre culturel Tabakalera ( le 4 mars 2017 ).
Diffusé durant le  47ème Congrès National de Spéléologie Française à Nantua ( du 3 au 5 juin 2017 ).
Sélection en compétition officielle du 40ème Festival du Film court en Plein air de Grenoble ( du 4 au 8 juillet 2017 ).
Sélection au 10ème festival « Partie’s de campagne »à Ouroux en Morvan, ( du13 au 16 juillet 2017 ).
Sélection au festival INTERFÉRENCES de Lyon ( du 8 au 18 novembre 2017 ).
Sélectionné pour la 11ème édition du RISC - Rencontres Internationales Sciences et Cinémas( le 28 novembre 2017 ).

Synopsis

16 juillet 1962.

Un jeune homme enfile une tenue de spéléologue et met son casque. En OFF, Michel Siffre confie son appréhension d'aller passer deux mois, seul, dans ce gouffre glacé. Après avoir confié sa montre à un camarade le spéléologue descend le long d’une échelle de corde.
Son abri est une simple tente rouge cernée par des roches sombres et un magnifique glacier bleuté. Une ligne téléphonique le relie à une équipe installée près de l'entrée du gouffre. Il communique ainsi ses heures (supposées) de lever, de repas et de coucher.
Le claustré découvre la fragilité de son habitat, le froid, l’humidité, les éboulis. Auprès de son équipe, il minimise les dégâts mais confie ses grandes peurs à son journal de bord.

Michel Siffre parvient à survivre aux conditions extrêmes qu’il s’est lui-même imposé grâce à la lecture et à la musique. Il passe du désespoir à de grands moments d’exaltation. Sa mémoire défaille, il est maladroit, confus, en proie aux hallucinations.
Parce qu’il a rompu tout lien avec notre monde soumis aux variations de lumière et de température, il est aussi désorienté qu’un cosmonaute dans l’espace.
Une compagnie inattendue va rompre sa solitude : une petite araignée blanche. Il l'adopte et partage avec elle des petits bouts de fromage. Ce régime sera fatal à l’animal et sa mort sera pour le spéléologue un véritable choc.
La conversation téléphonique lui annonçant la fin de sa réclusion le stupéfait : il a 25 jours de retard ! Son temps subjectif et le temps objectif ne coïncident pas.

De nombreux reporters sont là pour assister à la sortie d’un homme épuisé et prématurément vieillit. Un hélicoptère l’emmène dans les airs.

Avec la participation

Du Centre National du Cinéma et de l'Image Animée, Aide à la production avant réalisation.
Et le soutien de la Région Provence Alpes Côte d'Azur,  en partenariat avec le CNC

En coproduction avec La Générale

Ce film a été développé dans le cadre de l'atelier d'écriture «  Archidoc  » de la Fémis
Avec le soutien de la bourse   Brouillon d'un rêve  de la SCAM
Et celui de la SACEM pour la musique originale


Format HD / 27 minutes / n° de visa 144901 / © les films de l'aqueduc 2016